Newsletter
Zaregistrujte se pro odbìr informaèních e-mailù...
Homepage>La Race
 

La Race

Origine et développement de l’élevage des tachetées rouges
Pendant la premiere moitié du 19ieme siecle il y avait une grande variété de différentes races a l’endroit ou se trouve actuellement la Republique Tcheque. On essayait, surtout sur des fermes de l’aristocratie et de l’église, d’améliorer le Rotvieh européen central qui était auparavant la race principale, en important des races étrangeres, originaires surtout de l’Autriche. Des la moitié du 19ieme siecle, les Simmentales suisses s’imposaient de plus en plus parmis les importations. Vers la fin du siecle s’étaient déja manifestées les régions qui seront plus tard, apres l’année 1920, le point de départ pour l’unification de l’élevage des tachetées rouges tcheques. Dans les années suivantes, l’élevage des populations des tachetées rouges se fut principalement „inter se“, sans importations majeures. Il y avait des importations plus importantes provenantes de l’Allemagne et de l’Autriche pendant la Seconde Guerre Mondiale. De 1945 a 1989 les importations occasionelles étaient presque toutes limitées exclusivement aux portions de sperme des taureaux de haute gamme. Seulement apres l’année 1990 il y avait des importations de portions de sperme plus importantes pour l‘élevage. Tous les ans on importe une quantité limitée de portions de sperme de 2-4 taureaux de haute gamme, surtout pour la position de peres des taureaux (de la France aussi pour apporter les genes de la population entiere des Montbéliardes). Quelques taureaux peres de haute gamme de l’élevage des tachetées rouges de l’Europe sont devenus fondeurs des nouvelles lignes de sang en République Tcheque.
RS_sampionka
cesky_strakaty_byk_1
Croisement avec les races laitieres
Dans le temps de l’apres-guerre apres 1945 une partie importante de la population des tachetées rouges était encore orientée vers l’usage triple. Plus qu’un tiers des vaches servait aussi comme force de traction. Cela a influencé beaucoup le type et la faculté de performance des animaux. De tels animaux ne sont pas capables de s’adapter assez vite aux formes de détention concentrée et aux nouvelles exigences. A cause de cela on a cherché une solution dans le croisement d’amélioration, d’abord avec Ayrshire, puis avec Red Holstein, dans le but de garder l’usage double et de limiter la part de sang des races laitieres a 25 – 37 %. On doit avouer que cela n’a pas été tout a fait réuss
Depuis la fin des années 70 un croisement de répression avec des taureaux Holsteins a eu lieu, ce qui a changé dramatiquement la structure de la population des bovins en République Tcheque.